fbpix

Portraits d’assistantes virtuelles à Madagascar

Portraits d’assistantes virtuelles à Madagascar : comment Bodo, Vania et Poussy vivent le fait d’être des assistantes virtuelles ?

Bodo, Vania et Poussy. Ce sont des assistantes virtuelles basées à Madagascar et qui travaillent pour votreassistantvirtuel.com .

Chez votreassistantvirtuel.cm, nos prestataires sont majoritairement des femmes. Toutefois, nous avons des hommes qui travaillent dans des domaines techniques comme l’informatique, le développement et la maintenance web, etc. Aujourd’hui, nous tenons à vous faire découvrir nos assistantes qui travaillent dans les secteurs de la communication, l’adminstration, le digital…

Dynamiques, rigoureuses, méthodiques et ouvertes, ce sont des femmes qui travaillent dur et qui comprennent les enjeux de ce métier, pas toujours évidents. Célibataire, mariée, mère, elles donnent de la valeur à une profession parfois incomprise et sous-estimée. Découvrez-en un peu plus sur nos assistantes !

Avec un peu de recherches et de réseautage, et si vous êtes disposé à engager un assistant qui réside dans un pays francophone africain – et c’est souvent une option intéressante - vous serez en mesure de trouver une excellente ressource pour un tarif accessible allant de 3 € à 5 € par heure, pour la gestion de votre support client, par exemple. Il faut cependant retenir que plus le tarif est élevé, plus la qualité du travail fourni est bon.

Bodo:
Bodo « J'ai débuté à travailler en tant qu'assistante virtuelle en 2014. Je travaillais pour un seul client qui est basé à Maurice. Ce premier client a passé une annonce sur internet qui a attiré mon attention et j'ai postulé. Les tâches étaient en premier lieu administratives. Puis, plus tard, elles s'étaient un peu élargies dans le domaine de la communication, à savoir : animation de réseaux sociaux, rédaction de textes sur les autorépondeurs des newsletters, recherche et stockage d’images, etc… Dans la vie, et dans ce métier plus spécifiquement, on n'arrête pas d'apprendre. Ca maintient l'esprit en éveil. Une fois que nous avons connu le milieu, il nous est plutôt difficile de le quitter. Comment je gère les clients sur les différentes tâches ? La question ne se posait pas lorsque j'avais un seul client. Puis, avec plusieurs clients différents, je fixe les horaires pour chacun. Cependant, comme il arrive qu'un client a plus de tâches qu'un autre, il m'arrive de chevaucher quelque peu. Dès lors qu'on est bien organisé, tout est en place, il n'y a pas de souci d'organisation. A Madagascar, l'assistanat virtuel est en phase de développement. Nous avons l'avantage de bien parler français et également d'avoir un bon tarif par rapport aux autres pays. Les problèmes que les assistants rencontrent fréquemment ce sont les clients douteux, qui à la fin des prestations s'en vont sans payer. . Egalement le souci en relation avec les fournisseurs de connexion internet, le tarif est trop élevé pour les assistants. C'est la plus grande charge pour l'assistant. Enfin, en termes de souci, il y a la fiabilité de la compagnie d’électricité, nous en subissons le prix fort. Nous rencontrons actuellement des cas importants qui risquent de porter préjudice à l'assistanat virtuel à Madagascar : c'est le manque de compétences de certains prestataires. Ils croient que c'est un métier facile et qu'il n'y a pas d'efforts à fournir.
Parlons des points positifs : j'ai mentionné auparavant notre aptitude à bien parler le français. Nous avons également, sauf pour quelques cas, la souplesse et diplomatie. Il y a aussi le faible prix. D’autre part, bon nombre de nos concitoyens parlent l'anglais. »

Vania:
Vania « Je travaille actuellement dans le domaine de la communication si on peut dire cela, car j’opère surtout dans le Marketing digital : la gestion de contenus, maintenance site web et gestion des réseaux sociaux. A l'époque où j'ai commencé à travailler, les offres qui me semblaient les plus intéressants étaient les call-centers. Puis, le temps a passé, et j'ai trouvé que le meilleur travail qui soit c'est l'assistanat. J’ai eu l'opportunité de travailler dans une société spécialisée dans l'assistanat à distance depuis 2013, et j'ai beaucoup aimé ce poste.
Ce qui me passionne surtout c'est le fait d'aider les managers et les directeurs dans leur réussite. Grâce aux tâches qui me sont confiées, je contribue à l'augmentation des chiffres d'affaires de leur entreprise. Mais surtout, je découvre beaucoup de choses et mes connaissances se multiplient aussi. Concernant mes horaires, elles sont très flexibles. Je gère les différentes tâches selon leur importance et leur urgence. Je travaille surtout dans la matinée pour être en contact direct avec les clients en cas de besoin. Mais je travaille aussi dans la soirée pour me concentrer mieux sur les tâches qui sont plus complexes. En ce qui concerne le secteur de l’assistance virtuelle à Madagascar, je trouve qu’il est très évolué car beaucoup de sociétés ont adopté le concept, mais pour que ce soit gagnant-gagnant, il vaut mieux travailler en freelance. »

Poussy:
Poussy « Je travaille dans le domaine de l'administration, du e-marketing et du service client. J'ai découvert le métier d'assistante virtuelle en 2015 en travaillant au sein d'une société offshore de Tananarive. Puis, en 2016, je me suis concentrée à devenir une assistante virtuelle indépendante, c'est à dire en travaillant à domicile. C'est en occupant ce poste que je me suis rendue compte, mais alors vraiment, de l'immensité d'Internet, que ce n'était pas juste limité aux réseaux sociaux ni aux recherches de documents sur Google ou à regarder des vidéos sur Youtube. C'est un monde très vaste dont je n'ai même toujours pas le mot pour le définir.
La gestion du temps est le plus difficile, surtout quand on est mère de famille comme moi et avec un bébé (qui n'avait que 4 mois lorsque j'avais commencé le travail à domicile). De temps à autres aussi, il se peut qu'on se perde dans des actualités sur les réseaux sociaux. Mais pour ne pas se noyer dans les tâches, il faut toujours maintenir:

  • un To Do List (Check List) où il faut mettre toutes les tâches à faire du jour
  • un TimeSheet pour chronométrer chaque tâche effectuée
  • Mettre par priorité chaque mission donnée par les clients (Important/Urgent)
  • Et bien sûr, travailler au moment où l'on est le plus productif dans la journée (la matinée, l'après-midi ou la soirée)

C'est un secteur qui est devenu très populaire depuis ces dernières années à Madagascar.
De plus en plus de jeunes sont attirés par ce travail d'après ce que je constate dans les groupes de discussion dans les réseaux sociaux par exemple. Et je pense que Madagascar est un peu en retard par rapport aux grands pays comme la France par exemple.
Cependant, ce secteur promet beaucoup s’il est pris au sérieux par tous ceux qui veulent l'intégrer, "en livrant un travail de qualité". C'est tout ce que les clients attendent de nous. Ils sont toujours prêts à payer plus en contrepartie d'un travail bien fait. Donc je dis que le secteur est encore très vaste à Madagascar et si vous êtes une personne professionnelle, rigoureuse avec un sens du détail, ce travail vous convient. »


L’assistance virtuelle à Madagascar est en pleine expansion. Il reste encore beaucoup d’opportunités à exploiter, et le marché demeure encore vaste. Si vous souhaitez travailler en tant qu’assistante virtuelle ou si vous êtes à la recherche d’assistantes virtuelles compétentes et expérimentées, n’hésitez pas à contacter Franck Janet, Directeur de VAV.


Ci-joint ses coordonnées :
www.VotreAssistantVirtuel.com
Skype: franckjanet
Paris: +33 9 70 46 70 59
franck@votreassistantvirtuel.com